2018 sera l’année de la communication … comme 2017, 2016, 2015 …

Plus que jamais, il faut écouter avant de parler. D’abord parce que « la chose la plus importante en communication, c’est d’entendre ce qui n’est pas dit » (Peter Drucker), ensuite pour innover en vous engageant, profondément, durablement.

Et enfin parce que les jeunes, les « Millennials », prennent le pouvoir et imposent leurs codes, leurs envies et leurs modes d’action. Et comme tout va de plus en plus vite, il faut être de plus en plus vif !

  1. Le consom’acteur est au centre du jeu
    Plus rien n’échappe à la curiosité du consommateur, qui mêle ses voix aux discours officiels des marques. Leurs réputations proviennent dorénavant, en moyenne, aux deux tiers des commentaires qu’elles suscitent. Les consommateurs se font entendre et apportent plus de crédibilité que les discours préfabriqués des agences de com.
    Le consom’acteur veut en engagement : des actes, des résultats, des preuves, pour donner sa confiance à une entreprise. Plus encore, il veut participer, contribuer et échanger.
  1. Il veut de la qualité
    Le web social gonfle comme une baudruche, victime d’armées de rédacteurs qui pratiquent le bombardement éditorial pour acquérir un semblant de visibilité. Engraisser la bête, et les éditeurs de marketing automation, est un énorme gaspillage d’énergie et de moyens.
    La solution sera plutôt de définir et cibler les publics clés, décrypter leurs attentes pour apprendre à mieux les connaître, et rédiger le bon message pour le délivrer, à la bonne personne, au bon moment et dans les meilleures conditions.
  1. La confiance naît de l’honnêteté
    Savoir reconnaître ses erreurs reste, pour les marques comme les individus, un acte parfois irréalisable. Alors qu’une communication honnête et transparente peut retourner une situation compromise, encore faut-il, en période de crise, être suffisamment lucide …
    En associant avec pertinence les cibles choisies et les messages adaptées, on nourrit un écosystème vertueux où la confiance peut à nouveau s’installer et se nourrir.
  1. L’émotion avant tout
    Vous avez probablement vu la campagne d’Intermarché « L’amour l’amour » qui a cartonné auprès des spectateurs et des internautes. Ce petit film a réussi l‘exploit de captiver 15 millions de personnes et d’améliorer durablement l’image de marque du distributeur, qui mise sur l’émotion depuis 2014. Car l’émotion se ressent, et avec les réseaux sociaux, elle se partage aussi.

  1. La technologie s’impose
    Les chatbots étaient jusqu’ici encore limités et plutôt frustrants. Mais en 2018, ils deviennent un vecteur de communication incontournable pour les marques en mêlant pertinence, proximité et intimité.
    Nous avons dans le blog de la semaine dernière déjà parlé de la réalité augmentée, et de son potentiel de développement illimité.

Avec les récentes modifications apportées par Facebook sur son fil d’actualité, c’est la fin de la portée organique , c’est-à-dire une baisse considérable du nombre de personnes voyant votre publication sans que vous ayez à payer pour cela. Plus que jamais, la qualité du contenu publié est indispensable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *