Je suis un basketteur bleu …

Thomas Pesquet me doit une grande partie de sa popularité puisque vous êtes plus de 400 000 à le suivre.

J’existe depuis plus de 10 ans et aujourd’hui j’ai plus de 300 millions d’utilisateurs à travers le monde. Je fais le buzz. Je fais et défais les réputations sur la toile à coups de tweets ravageurs.

Je suis twitter, le porte-parole préféré de Donald Trump.

Coup de tonnerre, hier matin 16 mars vers 7h45 : des centaines de comptes twitter, de personnalités, d’institutions et de médias, ont été piratés. Les twittos débutaient par une croix nazie, affichaient les couleurs turques et un message évoquant le référendum constitutionnel en Turquie. Ils comportaient également une vidéo favorable à Recep Erdogan, le Président turc. Amnesty International, l’émission « Envoyé Spécial », les ministères de Bercy, Forbes, le Téléthon ou Alain Juppé et bien d’autres ont été visés. Le problème a été résolu au bout d’une vingtaine de minutes.

Si les auteurs de cette vaste attaque ne sont pour le moment pas identifiés, son ampleur et son retentissement illustrent bien ma puissance. Mes fondateurs n’imaginaient pas que ce service aurait autant de succès. Pourtant aucun réseau social n’est capable de faire circuler l’information plus vite que moi. Les stars m’utilisent pour communiquer directement avec leurs fans sans risquer que leurs propos soient dénaturés par les médias. J’ai fini ainsi par court-circuiter la communication traditionnelle et suis devenu un média à part entière.

Mon emblème, cet oiseau, est conçu uniquement à partir de trois séries de cercles qui se chevauchent, semblable à la façon dont les réseaux, les intérêts et les idées se connectent et se croisent. Ainsi, un oiseau en vol avec son bec pointé vers le ciel est la représentation ultime de la liberté et d’un espoir sans limites.

Le choix de cet oiseau bleu est mystérieux pour la plupart d’entre vous. Officiellement, c’est en hommage au basketteur américain Larry Bird. En réalité il ferait plutôt référence à un programme de recherche sur le contrôle mental initié par la CIA dans les années 50 : des expériences sur le contrôle mental pour rechercher un sérum de vérité, avec notamment l’utilisation du LSD. Twitter s’en serait inspiré : plutôt que de chercher la vérité, il suffit de lire ce que vous écrivez, de votre plein gré, sans même qu’on vous le demande. Grâce à vous, je peux ainsi me constituer l’une des plus importantes bases de données stratégiques du monde.

Pour le reste, les 140 signes, les followers et tout le bla-bla-bla, je vous renvoie selon l’expression consacrée à vos enfants ou vos jeunes collaborateurs, ils vous expliqueront comment je fonctionne beaucoup mieux que ma page wikipédia.

Les prochaines semaines, le Blog vous présentera d’autres applications chères à la Génération Z, avec pour mission de vous aider à comprendre ce qui anime vos enfants ou vos jeunes collaborateurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *