Avoriaz a 50 ans – Episode 4 : la piste aux étoiles

Faire descendre les Champs Elysées à ses rennes est le premier « coup de com » de Gérard Brémond le promoteur d’Avoriaz : fraîchement débarqués de Laponie pour tirer les traineaux qui font office de voiture à Avoriaz, ils seront l’objet d’un premier reportage dans le Journal de Paris du 21 décembre 1966.

Tout au long de son histoire, Avoriaz sera l’enfant chéri des médias grâce à ses multiples atouts mais aussi une politique de communication innovante. Le promoteur va s’attacher à développer rapidement la notoriété de la station en lui donnant une image originale et surprenante.

Il faut faire connaître la station aux investisseurs et au grand public car les immeubles poussent au rythme d’un ou deux par an. (“Sans budget publicitaire, nous avons imaginé le concept des relations publiques immobilières et touristiques, inspiré directement de St Tropez. On a décidé de faire venir à notre tour des personnalités en vue, de les attirer avec nos particularismes. On a beaucoup communiqué autour de l’historique de la station et de son architecture”, Gérard Brémond). En janvier 1967, l’inauguration d’Avoriaz est retransmise au Journal télévisée.

4-pistes-aux-etoiles-1

Johnny et Nathalie Wood devant les Dromonts

Passionné par le jazz et le cinéma, Gérard Brémond fait partie de la jet set. Son riche carnet d’adresses dans le monde du showbizz lui permet d’attirer à Avoriaz des vedettes du cinéma et de la chanson. Régine Desforges, qui n’a pas encore écrit “la bicyclette bleu”, ouvre dans les Dromonts le premier mini drugstore plutôt orienté librairie. Jacques Dessange devient le premier coiffeur. Le couturier Rozier habille le personnel de la station, chacun en acteur de comédie musicale. Castel et Régine ambiancent de folles nuits de fête. (“Nous nous sentions des pionniers, nous bâtissions quelque chose d’unique. Nous faisions aussi beaucoup la fête”, Régine Desforges).

Très vite Avoriaz devient un lieu à la mode. En invitant le “tout Paris”, Gérard Brémond en fait le “St Tropez des neiges” et lance la station sur la voie du succès.

Dès 1967, l’émission « Chansons d’hiver : Avoriaz 1800″ accueille Joe Dassin sur un vélo ski, Petula Clark, Michel Delpech au milieu des rennes ». En 1969 un plateau prestigieux est réuni : Serge Gainsbourg et Jane Birkin qui chante sur un traineau devant les Dromonts, Nino Ferrer ou Nicole Croisille.

4-pistes-aux-etoiles-2

Brigitte Bardot en Une de « Jour de France » avec Papillon

Brigitte Bardot adopte d’emblée ce décor de cinéma et devient une habituée de la station, Claude Lelouch y achète un appartement, Johnny Halliday et Nathalie Wood, fraîchement débarquée d’Hollywood, s’essayent au scooter des neiges …

Jusqu’aux « Rendez-vous du dimanche » de Michel Drucker avec Alain Souchon qui chante « j’ai 10 ans » au milieu des enfants du Village des Enfants d’Annie Famose, Michel Berger, France Gall ou Serge Lama.

C’est le gratin du showbizz qui prend ses quartiers d’hiver à Avoriaz et attire une presse toujours en quête de stars – le magazine « Jour de France » du 5 février 1970 consacre un grand photoreportage “people” à la station. Portraits, articles, émissions de télévision, Avoriaz est lancée. Bientôt un festival de cinéma va la faire connaître au monde entier …

La semaine prochaine : Avoriaz, le Festival du Film Fantastique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *