Les applis qui déshabillent les produits

Dans l’ancien monde, vous faisiez vos courses en magasin avec votre liste. Dans le Nouveau Monde, vous les faites toujours en circulant parmi les rayons, mais avec une appli.
Fini d’acheter des produits en fonction de la marque ou du prix. Vous pouvez maintenant décoder leur composition à partir d’un simple scan du code-barres.
Je vous résume un article paru le 4 novembre dans le Monde.

La révolution qui bouscule les linéaires
Plusieurs applications existent sur le marché, la plus populaire, Yuka a été lancée en janvier 2017. Avec 6,7 millions de téléchargements, elle est utilisée par tous ceux qui ne veulent plus fermer les yeux sur les produits qu’ils achètent au quotidien. L’utilisation de ce type  d’applis par les consommateurs augmente (15% des Français en novembre contre 5% en mars). Pour l’instant limitées à l’alimentaire et aux cosmétiques, ces applis s’intéressent progressivement à tout le contenu de notre caddy et donnent un avis, ou une note, et une alternative en cas de mauvais score.

On a tous envie de consommer mieux
Les scandales à répétition (viande cheval, lait, produits endocriniens …) ont créé « des strates de méfiance qui poussent le consommateur à vouloir reprendre la main sur ses achats. La transparence est en train de devenir un prérequis de la consommation » pour Nathalie Damery, présidente  de l’Observatoire société et consommation.Et les sondages tirent la sonnette d’alarme : les Français ont le sentiment de manquer d’information quand ils font leurs courses.

Des consommateurs qui changent
En étant soucieux de leur santé, ils influent sur le caractère éthique des marques et l’avenir de la planète. Ainsi des contributeurs bénévoles renseignent une base de données ouverte, gratuite et financée par des dons. Et Open Food Facts a glané près de 500 000 références alimentaires avec l’aide de 10 000 personnes.
L’écho rencontré auprès du public  aujourd’hui dépasse largement la base traditionnelle des consommateurs. Chez Yuka, il y a une majorité de femmes (60%), une grosse représentation de parents mais aussi une nombreux étudiants et seniors. Le phénomène ne se limite pas non plus aux bobos des villes.

Des industriels encore évasifs
Ils disent avoir entendu ces messages et ces attentes mais s’ils sont affectés par le sujet, ils prétendent ne pas avoir encore assez de recul sur ce phénomène nouveau. Mais comme tendent à le confirmer les mises à jour reçues par les applications, la valse des changements de recettes et des formulations s’accélère chez les grands labels comme chez les distributeurs : suppression d’additifs et de l’huile de palme, remplacement progressif du paraben par de l’acide lactique …

Des applis qui doivent rester irréprochables
Si elles parviennent aujourd’hui à maintenir la pression sur les marques, l’enjeu pour elles va être de rester légitimes et incontournables, aussi bien auprès des entreprises que des consommateurs. Leur pouvoir serait énorme et les recommandations d’alternatives d’achat peuvent les rendre suspectes. Leurs promoteurs en sont conscients et doivent rester honnêtes à défaut d’être parfaits.

Le problème du modèle économique
L’exemple à ne pas suivre, c’est GoodGuide, une appli pionnière aux Etats-Unis qui a été rachetée par un laboratoire qui travaille pour des marques : plus personne ne semble la consulter. Pas facile donc pour les startups de trouver le bon modèle économique.
Chez Yuka, on se définit comme une entreprise de l’économie sociale et solidaire. Elle est sur le point de lever des fonds (un peu moins d’un million d’Euros) auprès d’une structure d’investissement dans des projets à impact social positif. Elle étoffe son équipe et proposera en 2019 une version premium payante à 9,90 € avec de nouvelles fonctionnalités. Elle envisage également de lancer un label qui pourrait être décerné sur les produits « approuvés ». Tout en reconnaissant que cela pourrait encore ajouter à la confusion, déjà grande chez les consommateurs.

Science et avenir recommande Yuka

Dans intelligence artificielle, il y a aussi artificielle …

L’intelligence artificielle (IA) inquiète et fascine à la fois. Elle a investi tous les secteurs car les entreprises utilisent ces programmes intelligents pour communiquer directement et plus facilement avec leurs clients.
Mais les robots sont confrontés à deux problèmes : d’un point de vue éthique lorsqu’ils essaient d’imiter les émotions humaines et sur le plan relationnel car ils en sont cruellement dépourvus.

Continuer la lecture de « Dans intelligence artificielle, il y a aussi artificielle … »

Un client est une histoire d’amour qui dure

Le marketing, c’est comme gérer son couple.
Depuis le premier rendez-vous jusqu’à l’épanouissement de la vie à deux en passant par les nombreux rendez-vous pour apprendre à s’apprécier, la route est longue et semée d’embûches …
Plus qu’un ami, plus qu’un frère, plus qu’une femme, votre client a besoin que vous vous occupiez de lui.

Continuer la lecture de « Un client est une histoire d’amour qui dure »

Les magasix ont leur potion magique, par toutatis

Les entreprises de e-commerce permettent aux consommateurs de gagner du temps, en trouvant facilement ce qu’ils veulent, quand ils le veulent sans avoir à se déplacer. Si la tendance actuelle se confirme, le commerce électronix représenterait près de 20% des ventes en 2025 et environ la moitié en 2035.

Pour faire face à cette situation, les commerçants peuvent ouvrir un site internet, mais cela ne suffira pas à sauver les enseignes qui ont des magasins physiques. Elles doivent donner envie aux consommateurs de se rendre dans leurs magasins, en leur offrant ce que les sites d’e-commerce ne peuvent pas leur fournir. Quelques exemples marquants.

Continuer la lecture de « Les magasix ont leur potion magique, par toutatis »

RGPD – 22 jours

Dans nos deux précédents blogs, nous avons vu quel était l’esprit du RGPD et les dispositions que vous devez prendre pour vous mettre en conformité avec la loi applicable le 25 mai. Et dont les dispositions sont connues depuis plus de deux ans. Et dont l’amende est de 10 millions d’Euros ou 2% du chiffre d’affaires mondial.

Vu comme cela, RGPD = NKVD (l’organe soviétique de la réalisation des ordonnances du pouvoir central). Mais la réalité est moins dure. D’abord parce que vous avez un peu de temps, l’organisme de régulation est bien consciente que vous avez davantage besoin d’être aidé que pénalisé. Ensuite parce que vous pouvez facilement opérer les premiers changements.

Continuer la lecture de « RGPD – 22 jours »

La startup au grand Coeur

Le premier est Capitaine de sapeur-pompiers, alsacien, spécialiste des risques technologiques et nucléaires, auteur de romans policiers solidaires dont les recettes ont été versées aux orphelins des sapeurs-pompiers.

Le second est Général de gendarmerie, viré pour avoir critiqué la puissance publique dans son livre « tout ce qu’il ne faut pas dire ». Il a été recruté par le premier sur LinkedIn avec ce message : « mon Général, on vous a remercié car vous avez dit la vérité. Venez avec moi et je vous garderai tant que vous me direz la vérité ».

Continuer la lecture de « La startup au grand Coeur »

Vous êtes cool, stay woke

Résumé de l’épisode précédent : les Noirs-Américains répondaient à l’oppression par une distanciation ironique, le cool, une attitude de rébellion passive. Mais le cool a perdu son aspect revendicatif pour devenir un phénomène de consommation.

Avec l’arrivée de Trump au pouvoir, ouvertement hostile aux minorités et qui met à mal l’état de droit, la démocratie, l’économie de marché et le libre-échange, le woke est un véritable engagement.

Continuer la lecture de « Vous êtes cool, stay woke »

Avec Evaltonbiz, parlez la langue de votre banquier

D’un côté les entrepreneurs, qui recherchent des fonds pour monter leurs projets. De l’autre, des financiers (banques, investisseurs, business angels) qui cherchent des clients à qui prêter ou chez qui investir leur argent. Deux mondes qui ont tout intérêt à travailler ensemble, mais qui ne parlent pas forcément le même langage. Heureusement, c’est là que vous dégainez votre botte secrète : EVALTONBIZ.

Cette appli web a été conçue pour aider votre entreprise face à ses problématiques de financement, qu’elles soient liées à la recherche de fonds pour démarrer votre activité ou à la gestion de ses finances.

Continuer la lecture de « Avec Evaltonbiz, parlez la langue de votre banquier »

2018 sera l’année de la communication … comme 2017, 2016, 2015 …

Plus que jamais, il faut écouter avant de parler. D’abord parce que « la chose la plus importante en communication, c’est d’entendre ce qui n’est pas dit » (Peter Drucker), ensuite pour innover en vous engageant, profondément, durablement.

Et enfin parce que les jeunes, les « Millennials », prennent le pouvoir et imposent leurs codes, leurs envies et leurs modes d’action. Et comme tout va de plus en plus vite, il faut être de plus en plus vif !

Continuer la lecture de « 2018 sera l’année de la communication … comme 2017, 2016, 2015 … »

Fake news mais vrais soucis

Les récentes élections américaines et le référendum sur le Breixit ont illustré l’importance des fake news mais aussi des bulles d’information, qui ne soumettent à l’utilisateur que les informations auxquelles il adhère déjà et les messages à caractère haineux ou racistes.

« Je n’ignore pas les dommages qu’internet peut causer » a ainsi écrit sur le blog Facebook son responsable de l’engagement civique, Samidh Chakabarti, en ajoutant que le réseau social a « mis beaucoup trop longtemps à comprendre que des personnes mal intentionnées utilisaient notre plateforme de façon abusive ». Dans la foulée, Facebook annonce une série de mesures contre les fake news.

Continuer la lecture de « Fake news mais vrais soucis »