De l’art d’être Poulidor … Et ne pas le rester

On peut être numéro 2 et en tirer de grands bénéfices. On peut être Poulidor et faire une fructueuse carrière. Pourvoyeur d’idées, conseiller du premier cercle … Comment se donner les moyens d’être un « futur premier » pour ne pas rester un « éternel second ».

Un périmètre d’intervention bien délimité
Définir votre périmètre d’intervention dès que le binôme se forme – surtout si vous connaissez mal votre numéro 1 – est primordial afin de partir sur de bonnes bases en respectant les prérogatives de chacun. Loyauté, transparence et un peu d’humilité sont les règles de base pour être écouté, entendu et respecté par votre patron.
En définissant ensemble les contours de ce périmètre, vous apprendrez à fonctionner ensemble, définir vos valeurs communes et formuler votre projet.

Une disponibilité de tous les instants
Le numéro 2 peut consacrer 30 à 40% de son temps à son numéro 1, ce qui est susceptible d’empêcher votre implication dans un management très opérationnel et nécessite de savoir déléguer généreusement pour vous consacrer à la stratégie en anticipant les besoins.
Vous renforcerez votre proximité avec le numéro 1 grâce à un mode de fonctionnement bien rodé : un dialogue quotidien pour gérer les affaires courantes et les priorités et des échanges à des moments privilégiés pour aborder en profondeur des questions majeures pour l’entreprise.

Une habileté pour faire son chemin
Votre place est toujours à négocier, en sachant que tous les sujets n’intéressent pas le numéro 1. En creusant ces domaines transversaux – le développement durable, la sécurité, l’innovation … – ou en prenant des responsabilités en interne – comités de pilotage, gestion des relations sociales ou présences à des conseils d’administration –  vous vous affirmerez tout en prenant votre part de lumière.
Attention à ne pas se faire manipuler pour endosser des échecs qui ne sont pas les vôtres. Anticipez, avertissez par écrit …

Une patience à toute épreuve
Vous vous voyez en futur premier. Vous êtes motivé, compétent. On voit en vous l’étoffe d’un dirigeant. On vous demande d’en avoir déjà toutes les qualités : savoir vous projeter, donner une vision stratégique, être doté d’une forte intelligence relationnelle, montrer vos capacités à innover, décider, fédérer, représenter l’organisation.
Sachez attendre votre heure tout en faisant apprécier vos qualités et compétences ; développez une logique de complémentarité et de synergie et imposez-vous comme une ressource indispensable de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *