Le triomphe de la vérité fausse ou l’avènement de la « vérité minute »

En 2016, le chiffre d’affaires du vinyle a dépassé celui de la musique numérique. Info crédible, tellement les médias ont chanté le retour en grâce du microsillon, pourtant mort et enterré depuis 30 ans. Mais l’écrivain Alessandro Baricco ne s’en est pas contenté. Il a creusé. Voici le résultat de ses investigations, raconté dans son dernier livre, The game.

L’info est vraie … une semaine, celle de Noël et ses cadeaux … au Royaume-Uni …
… si on compare le chiffre d’affaires du vinyle et celui des services de téléchargement gratuit qui gagnent de l’argent avec de la publicité (ex : Spotify …). Car si on intègre les téléchargements payants, ils représentent 10 fois plus que le vinyle. Et si on considère le total des dépenses pour la musique enregistrée, la part du vinyle est de 6%. Oublié donc les « pendant une semaine » et « au Royaume-Uni » et le flou sur le terme « musique numérique » !

L’ info est imprimée dans tous les cerveaux
Cette information s’inscrit dans le sillage de statistiques (exactes !) concernant l’augmentation des ventes de machines à écrire et de stylos plume (et pourquoi pas bientôt le retour du papier carbone et des pantoufles ?).
Ces chiffres attirent toujours l’attention du lecteur car ils offrent une version simplifiée de la réalité, qui plait beaucoup : le retour de l’ancien monde contre le nouveau.

Ainsi s’agglomèrent des faits, portés par une vérité globalement crédible mais en partie fausse. Un peu d’imprécision en échange d’une immense agilité. Et la superficialité remplace la profondeur … C’est la vérité minute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *