Nicolas Fouquet, roi de la gestion des talents

Pour construire Vaux le Vicomte, le Ministre des Finances de Louis XIV a réuni une équipe d’artistes dont le génie a traversé les siècles. Mais il a su, en plus, déployer des qualités de manager hors pair pour en tirer la quintessence. La Fontaine, Molière, Lully, Vattel, Le Nôtre, Le Vau, Le Brun lui donneront ainsi le meilleur d’eux-mêmes.

Fouquet pose les bases de son management et réussit son chef d’oeuvre.

Le 17 août 1731 est le jour de gloire de Fouquet : il inaugure son domaine et souhaite offrir à Louis XIV le spectacle de sa magnificence : un monument qui préfigure Versailles et innove dans les domaines de l’architecture, la construction, les jardins, la gastronomie, la musique et le service “ à la française”.

Il constitue sa Dream Team avec les plus brillants artistes

Cinq ans auparavant il réunit son équipe grâce à son habileté à attirer les talents et à les fidéliser. Louis Le Vau a édifié de nombreux hôtels particuliers. Il sait piloter des programmes complexes en conciliant tradition et innovation. Charles Le Brun va réaliser un concept unique en France : un “Palais des Arts” pour lequel il abandonne tous ses projets en cours pour et s’y consacre entièrement. André Le Nôtre coordonne l’exécution des jardins avec un sens inné de la perspective et de la géométrie qui en font beaucoup plus qu’un simple jardinier. Et nul besoin de présenter Molière, La Fontaine, Vattel ou Lully.

Il leur fixe un challenge : innover

Les “3L” ont tous autour de la quarantaine et sont au tournant de leur carrière. Fouquet choisit d’axer leur collaboration vers une coopération féconde plutôt qu’une compétition dévastatrice. Il encourage les synergies, leur complémentarité et leur capacité à innover ensemble. Il crée un collectif stimulant et leur déclare : “Innovez, sortez de vous-mêmes”. Les trois hommes se regardent, sidérés face à l’audace d’un commanditaire qui leur demande de ne pas faire ce qu’ils font depuis toujours. Moins de cinq années plus tard, leur chef d’oeuvre est achevé.

Il orchestre un spectacle total

François Vatel met en scène le dîner de façon complètement innovante : les invités sont reçus par un “ambigu” – un buffet où d’après La Fontaine : “la délicatesse et la profusion disputaient à l’envie” – tous les plats, du sucré au salé, sont présentés en même temps, c’est une véritable prouesse : cinq services simultanés, 80 tables dressées, 30 buffets, 430 assiettes d’or massif accompagnées du service du même métal. Puis la cour retourne dans les jardins où se dresse un théâtre de verdure : on y joue pour la première fois “les fâcheux”, la nouvelle comédie-ballet de Molière et Lully, inaugurant un genre nouveau qui fera fureur lors des fêtes à Versailles. Lui succède un autre spectacle somptueux, un feu d’artifices, oeuvre du maître artificier italien Torelli : le parc s’illumine de girandoles qui dessinent des chiffres et des fleurs de lys ; sur le canal au milieu du son des trompettes et des tambours, des pétards fumigènes s’échappent d’une baleine. La cour est émerveillée.

Fouquet sait manager ses talents

Il n’hésite pas à promouvoir ses collaborateurs auprès de sa hiérarchie en les faisant briller. Lors de la soirée, il veille à les placer à ses côtés et prend soin de les présenter un par un en détaillant leur expertise pour que leur fort potentiel soit bien identifié, fait rarissime à l’époque. Il crée des défis mobilisateurs, définit un concept clair, encourage les propositions et offre une grande liberté d’action à ses équipes tout en restant inflexible sur les fondamentaux : respect du budget, nécessité d’innover, travail transversal. En favorisant les fusions créatrices, il sera à l’origine d’innovations majeures.

Fort. Trop Fort ?

Mais Louis XIV, irrité, décide de calmer les ambitions et la puissante démesure de son surintendant. Quelques jours après la fête (le 5 septembre 1661), le roi ordonne à d’Artagnan d’arrêter Nicolas Fouquet pour malversations. Il sera condamné, ses biens confisqués et il finira ses jours en prison. Quant aux artistes repérés par Fouquet, ils seront récupérés par Louis XIV pour oeuvrer à Versailles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *