Steve Jobs – Coco Chanel, même combat

Steve Jobs a disparu en 2011 et la vente des cols roulés noirs a décollé. 40 ans plus tôt à la mort de Coco Chanel ce sont les petites robes noires qui se sont arrachées. Deux vêtements mais une seule couleur qui font écho aux “cols noirs”, ces travailleurs qui servent le développement des innovations et contribuent au renouveau économique de leurs activités.

On ne va donc pas parler chiffons mais de leur volonté commune de porter du noir et un vêtement élégant et pratique en toutes circonstances. C’est devenu la marque des dirigeants innovants et visionnaires, capables de révolutionner positivement leur industrie.

Le changement par l’art et la technologie

Steve Jobs a transformé l’économie de son marché en proposant des terminaux conviviaux et des applications qui ont rendu obsolètes en deux ans les industries de la téléphonie fixe, mobile et des appareils audio. Apple n’a pas créé de nouvelle technologie mais propose une vision de son marché. L’usage que nous faisons de ses produits s’est imposé dans notre quotidien. On peut dire qu’il a repensé l’existant pour le transformer en quelque chose de pratique et de beau.

Rien de très innovant chez Mademoiselle mais un pari : le vêtement de la femme peut être beau sans gaine ni corset, et donc pratique. Sa révolution se trouve dans la sobriété et l’élégance : des créations pratiques et esthétiques qui rendent obsolètes les produits concurrents.

Leur second point commun, sur lequel reposent leurs résultats légendaires, c’est leur capacité à se renouveler en permanence.

Des échecs transformés en renaissances.

Steve Jobs s’est parfois trompé – qui se souvient de la Cube – et il a du quitter son entreprise contre son gré. Coco Chanel a aussi raté des collections et décidé de fermer sa maison de couture. Tous les deux étaient difficilement vivables au quotidien : égocentriques, autocratiques, exigeants, perfectionnistes. Leurs employés les ont admiré et craint tout à la fois.

Mais tous deux sont revenus : Jobs a été rappelé pour sauver Apple et Coco a décidé de rouvrir sa Maison, car ils n’ont jamais cédé sur leur credo : le produit doit être pratique et esthétique ; il prendra des formes différentes et intégrera les technologies du coup d’après. Autre point commun : leur persévérance viscérale, leur ténacité pour durer malgré les crises économiques pour lui, la guerre pour elle.

Caractère autocratique et entreprises démocratiques

Que conclure de ces brefs portraits croisés ?

L’innovateur suit une ligne directrice qu’il adapte au fil des aléas économiques, sociaux, géopolitiques. Ses convictions se transforment en combat personnel tout au long de sa carrière. Sa persévérance fait de lui un manager autocratique, mode de management qui s’intègre mal dans le modèle d’entreprise ouverte plus en vogue aujourd’hui.

Le paradoxe, c’est que l’entreprise a besoin de ce visionnaire qui détient les clés de l’innovation. C’est tout l’enjeu pour les entreprises … et les entrepreneurs : intégrer ces “cols noirs” indispensables au renouveau des industries tout en gardant une logique démocratique dans le processus d’innovation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *