Un Spécial « Fête de la Musique » avec des morceaux dedans

Le Top 21 des 45 tours que vous n’avez pas oubliés … mais qui ne passent jamais à la radio.

Souvenirs, souvenirs des années 70, décennie créative … Un refrain, quelques notes de musique, une anecdote …

Je vous offre aujourd’hui de ré-écouter ces tubes.

21 – THE ALLMAN BROTHERS – Jessica (1973). Morceau instrumental et l’un des plus grands succès du groupe. La même année ce fut le générique de l’émission “Pas de panique” de Claude Villers sur France Inter de 20h à 22h (et plus modestement celui que je choisis pour Radio Avoriaz en août 85).

20 – MADNESS – Night boat to Cairo (1979). Septembre 1979, Pavillon Baltard à Nogent, fin du premier concert de Madness en France. Les lumières se rallument, annonce du speaker : il faut partir, le dernier métro n’attend pas. Mais la foule reste et chante “oh oh oh oh”. Et Madness revient et depuis finit tous ses concerts par cette chanson.

19 – FRANCK ZAPPA – Bobby Brown goes down (1979). Enregistrée live à l’Hammersmith Odeon de Londres (comme toutes les chansons de l’album “Sheik Yerbouti”). Le plus grand succès public de Zappa est une chanson humoristique qui présente le rêve américain avec un humour décapant, absurde et graveleux.

18 – ADRIANO CELENTANO – Svalutation (1976). Auteur, compositeur, interprète, acteur, producteur, réalisateur, scénariste, présentateur, c’est un artiste majeur de la vie culturelle italienne depuis son premier 45 tours en 1958. Svalutation resta 18 semaines dans les hit-parades français et fut repris par Gérard Darmon en 2006 dans le film “dancing”.

17 – KRAFTWERK – Radioativity (1975). Leur tube planétaire. Tout d’abord musique d’improvisation krautrock proche de la musique d’expérimentation, le groupe développe l’utilisation de synthétiseurs, de boîtes à rythme et de vocoder qui deviennent leur marque de fabrique.

16 – RICLIE LEE JONES – Chuck e’s in love (1979). Rickie est avec son petit ami Tom Waits. Ils reçoivent un appel de Denver de leur copain Chuck E. Weiss. “Chuck E’s in love” dit Tom à Rickie, qui adore l’expression et en fait une chanson. Mais ce n’est pas elle “the little girl singing this song” comme elle le chante à la fin.

15 – TOTO – Georgy Porgy (1978). 3 frères, fils du célèbre percussionniste Joe Porcaro, ont joué dans le groupe : l’aîné Jeff batteur et fondateur, Mike bassiste de 1994 à 2007 et Steve clavier, chant et fondateur. Bien que Jeff (1992) et Mike (2015) soient morts, le groupe, avec Steve, enchaîne les tournées et a sorti un nouveau disque en 2015.

14 – BEE GEES – Tragedy (1979). Après 7 ans de succès (62 – 69) et de multiples hits, the Bee Gees sont dans le creux de la vague. En 1972, ils changent de nom (Bee Gees), et chantent en falsetto. C’est le début d’une nouvelle décennie de succès avec le sommet de Saturday Night Fever en 1977.

13 – PAUL SIMON – 50 ways to leave your lover (1975). Ecrite après son divorce avec sa première femme Peggy. Cette chanson est une suite de conseils donnés à un homme pour mettre fin à une relation amoureuse. Elle a été reprise par Michel Delpech en 1979 sous le titre « 30 manières de quitter une fille ».

12 – QUEEN – Bycicle race (1975). Pour la sortie du 45 tours, le groupe tourne un clip avec 50 femmes nues roulant à vélo autour du stade de Wimbledon. Le clip sera censuré en Angleterre et la société qui a loué les vélos demandera au groupe le remboursement intégral de toutes les selles.

11 – HERP ALBERT – This guy’s in love with you (1970). Chanson composée par le plus grand faiseur de tubes de la pop musique, Burt Bacharach. Elle permit à Herp Albert d’être le seul homme de tous les temps à être numéro 1 au billboard à la fois avec cette chanson et un instrumental (trompette), “Rise” 11 ans plus tard.

10 – GEORGE HARRISON – This song (1976). Il fut accusé d’avoir plagié la chanson “He’s so fine” des “Chiffons” avec son célèbre “My sweet Lord” en 1970 et perdit son procès. Cette chanson est une réponse sur sa frustration et son incompréhension face à ces attaques jugées ridicules.

9 – AMERICA – Golden hair (1975). Numéro 1 au billboard. les paroles, inspirées par le style de Jackson Browne, racontent l’histoire d’un homme qui dit à sa fiancée qu’il n’est pas  encore prêt pour le mariage. Le titre est aussi inspiré par le fait que les mères des 3 chanteurs étaient toutes blondes. Isn’t strange ?

8 – ROD STEWART – The killing of Georgie (1976). L’histoire d’un gay qui doit quitter sa famille à cause de son homosexualité. Il réussit une brillante carrière à Broadway mais près le spectacle, il est attaqué sur la 53ème rue par un gang du New Jersey qui le vole et le tue (d’après une histoire vraie).

7 – STEVIE WONDER – Pastime paradise (1976). Sur le double mythique “Songs from the key of life”, une des premières chansons a utiliser un synthé (Yamaha GX-1). A généré de nombreux “cover” et a été samplé par une 10aine d’artistes (Mary J. Blige ou Coolio avec Gangsta’s paradise).

6 – CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL – Lodi (1970). Sorti comme face B de “Bad moon rising”, la chanson raconte l’histoire d’un musicien qui après chaque concert dans des bars à Lodi ne peut se résoudre à quitter cette ville Californie, tellement coooooool. Le refrain “Oh Lord, stuck in Lodi again” est devenu le nom de plusieurs événements organisés à Lodi.

5 – BILY JOEL – Just the way you are (1978). Cadeau d’anniversaire pour sa femme. Il ne voulait pas l’inclure sur l’album mais changea d’avis sur les conseils de Linda Ronstadt. Reprise par Sinatra, Barry White, Diana Krall, Shirley Bassey … et samplée par les Daft Punk pour leur morceau High fidelity.

4 – FLEETWOOD MAC – Say you love me (1975). Groupe de blues depuis 1967, Fleetwood Mac se réinvente en 1974 en groupe de musique californienne avec comme sommet l’album Rumours en 1977 : 40 millions d’exemplaires vendus et 31 semaines numéro 1 aux US.

3 – BRUCE SPRINGSTEEN – Because the night (1977). Enregistré pour l’album “Darkness on the edge of town” mais non retenu, la chanson avec des paroles nouvelles sera enregistrée par Patti Smith qui en fera un tube. Le Boss sortira sa version sur “The promise” en 2010 avec 20 autres “chutes” non utilisées.

2 – PAUL MCCARTNEY – Listen to what the man said (1975). Après les Beatles et un album solo (McCartney, fraîchement accueilli par la critique), Paulo ressent le besoin de s’adjoindre un groupe et donner à nouveau des concerts (les Beatles y avaient renoncé en 1966). Suivront 10 années de Wings et une 30aine de singles dont plusieurs numéros 1.

1 – JOHN LENNON – Jealous Guy (1971). Ecrite en Inde en 1968 sous le titre “Child of nature” pour l’album blanc mais pas incluse dans l’album. Lennon en changea les paroles pour en faire une ode à Yoko et la sortit sur l’album “Imagine” et en 45 tours en 2005. 92 reprises depuis (série en cours)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *