La petite entreprise du coworking ne connait pas la crise ?

Alors que le retour au bureau après le confinement oblige les entreprises à repenser leur organisation, le télétravail est le grand gagnant de la crise.
Le coworking, en pleine expansion (on compte 1 700 espaces de coworking en France, trois fois plus qu’en 2015), propose également une alternative intéressante au travail à domicile grâce à ses espaces dédiés, partagés par plusieurs entreprises, plus proches du lieu d’habitation et permettant d’éviter des heures de transport.

Trois promesses
Le succès des espaces de coworking s’est bâti sur trois avantages :
1/ Extraire les salariés – et les indépendants – de leur isolement social et d’habitudes routinières entre le salon, la cuisine, voire le café du coin.
2/ Se connecter avec d’autres personnes utiles à l’exercice de notre activité – clients mais aussi prestataires – en recréant des communautés, reposant parfois sur des valeurs partagés, comme la bienveillance.
 3/ Une forme de sérendipité – rencontre inattendue et heureuse – autour d’échanges, d’apprentissage, de co-innovation, voire de construction d’une offre complémentaire.

De l’utopie à la standardisation
Les débuts du coworking, dans les années 2000, reposaient sur un esprit communautaire : l’idée qu’ensemble on peut faire mieux, que l’altruisme et l’échange font progresser chacun des membres.
Aujourd’hui, le modèle s’est professionnalisé dans la nécessité d’une rationalité économique. Si l’esprit communautaire pionnier existe toujours, la liberté de travailler, penser, agir, faire des rencontres est plus encadrée.
Mais la mécanique sociale développée dans les espaces de coworking favorise toujours la co-construction, l’apprentissage, l’expérimentation, le prototypage de quelque chose de nouveau autour de son activité principale ou à son voisinage immédiat.

Les effets de la crise sanitaire
Elle a fait s’écrouler la demande : en mai, la moitié de sa clientèle aurait disparu*. 15 à 30% des lieux pourraient fermer, estime Mathieu Nathanaël, cofondateur de la plateforme Neomade, qui recense les espaces de coworking.
Pourtant le modèle de partage de bureau devrait sortir renforcé de la crise, qui a fait émerger le besoin d’espaces de travail à proximité des habitations des salariés dont les logements sont inadaptés à une pratique régulière du télétravail. A condition d’être attrayants, spacieux, confortables et calmes, ce qui n’est pas toujours le cas.

Repenser notre mode de vie au travail
Conjuguer au mieux nos vies personnelle et professionnelle, c’est aussi repenser notre relation aux autres et à nous-même : les horaires fixes, la notion de présence obligatoire au bureau, l’efficacité en terme d’objectifs et de réalisation.
Offrir la possibilité de télétravailler dans de bonnes conditions pourra également être un argument pour attirer – et garder – les meilleurs collaborateurs. D’autant plus que les entreprises ont besoin pour leur immobilier de flexibilité dans le temps et dans l’espace.

Le travail évolue dans plus un esprit toujours plus entrepreneurial, même pour les salariés. Le coworking peut être une partie de la solution pour accompagner cette évolution.

 

* Enquête CoworkIntel menée auprès de 100 opérateurs en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *