De la loose à Wall Street

Aujourd’hui 20 juin 2019, Slack s’apprête à faire son entrée en bourse, pour une valorisation estimée à 17 milliards de dollars. Slack est pourtant la conséquence de deux échecs successifs. Mais ses dirigeants ont su changer de stratégie en utilisant une fonctionnalité initialement périphérique.

« Il arrive que l’erreur se trompe ». Georges Duhamel
En 2002, Stewart Butterfield crée le jeu vidéo « Neverending Game ». Echec, mais la fonctionnalité de partage de photos associée rencontre le succès. Il se recentre pour affiner son développement et créée Flickr, revendu 20 millions de dollars à Yahoo.
En 2001, rebelote avec le jeu en ligne « Glitch », mais le service de messagerie interne (l’équipe de développement est partagée entre le Canada et aux US) a du potentiel. Il est testé auprès de quelques startups amies et finalement lancée en 2013. Slack est né.

« L’innovation vient de la destruction créatrice ». Yoshihisa Tabuchi
La sérendipité – une découverte fortuite mais heureuse – est un des grands principes de l’économie numérique : on cherche quelque chose et on en trouve une autre.
Cela réclame deux qualités distinctes : savoir prendre du recul pour mieux se focaliser sur sa trouvaille. Et être capable de bien de repérer sa pépite pour la saisir et l’exploiter.

Communiquer, c’est mettre en commun, et mettre en commun, c’est l’acte qui nous constitue ». Alain
Slack est le résultat de ces deux expériences : un nouveau projet de jeu vidéo, le constat d’un échec mais la lucidité de se rendre compte que tout n’est pas à jeter. La plateforme Slack va rapidement trouver son marché, les utilisateurs affluent, les investisseurs adhèrent au projet.
Microsoft envisage un moment son rachat, mais Steve Butterfield a retenu les leçons du passé « si nous avions attendu un an de plus, nous aurions pu vendre Flickr dix fois plus cher ».

« La communication requiert 25% du temps du dirigeant ». Chester Barnard
Slack est gratuit, seules les options premium sont payantes
. Dès son inscription, l’utilisateur peut créer un groupe de travail et invite les futurs membres. Un nom de connexion, un mot de passe, le groupe est opérationnel.
Vous pourrez générer des fils de commentaires, intégrer des menus multichoix dans les messages, lancer des tâches dans d’autres logiciels, prioriser des messages … Les fonctions sont nombreuses.

L’utiliser c’est l’adopter ! Et si vous commenciez par le télécharger ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *