Les liens de l’intergénérationnel

Malgré les difficultés à s’écouter et à se respecter, qui gâchent les relations entre les personnes d’univers différents, nous avons tout (et tous) intérêt à nous entendre. Surtout en ce moment. Prenons l’exemple des liens intergénérationnels. 75% des Français estiment qu’ils sont essentiels. Pourtant, dans les familles comme en entreprise, rien n’est évident.

Un facteur de cohésion sociale
Le lien définit la relation tissée entre des personnes d’âges différents, reposant sur la transmission d’expérience et de savoirs via l’échange.
Dans le monde du travail, ce choc des générations est un sujet stratégique. Des différences significatives entre les générations peuvent générer des incompréhensions qui produisent amertume, découragement et finissent en clash.

Le fossé intergénérationnel
Ne pas en surestimer l’importance ! Une personne ne se définit pas par son âge et il est préférable de ne pas l’enfermer dans la case de sa génération.
Au contraire, en favorisant une meilleure compréhension qui débouche sur une collaboration fructueuse, nous renforçons les liens et développons un sentiment commun d’appartenance et de solidarité.

De quoi parle-t-on ?
On a pris l’habitude d’identifier les générations : « baby-boomers (1946-1964), X ou Why (1965-1980), Y ou Millenials (1981-1996) et Z (1997-2012) …
Vous connaissez les caractéristiques principales de chacune d’elle, intéressons-nous plutôt à ce qui peut les rassemble : la réalité, la même pour tous. Nous nous sentons concernés par un grand nombre de problématiques, comme la valeur sociale et environnementale du travail, l’avancement, le salaire, les conditions de travail, la formation, le télétravail, l’autonomie …

Les raccourcis ne résistent pas à l’analyse
Les « jeunes » seraient agiles mais individualistes, les « vieux » plus fiables mais inaptes au changement ! Mais si on prend en compte la région, le niveau d’études et la classe sociale d’origine, on superpose des calques qui donnent une vision d’ensemble très différente.
A l’intérieur d’une même classe d’âge, des divisions sociales ou des discriminations subsistent, comme des solidarités face à une menace commune.

Vers une intelligence de l’Autre »
Prenons un peu de hauteur par rapport à nos prismes culturels et imaginons que l’autre dispose, dans ses méthodes et ses comportements, de raisons et de logiques de fonctionnement avec lesquelles on peut s’entendre.
Organisons alors des espaces de conversation et d’écoute des besoins spécifiques partagés et approfondissons les sujets importants pour soi, les équipes et l’entreprise.

Une complémentarité peut naître, chaque apportant ses forces et s’enrichissant de celles des autres. Elle sera l’une des voies vers la co-construction d’un devenir désirable pour tous.

Concision

C’est le nom du mémo de 234 mots que Winston Churchill adresse aux membres de son cabinet de guerre et leur personnel en août 1940. Il les implore de : « veiller à ce que les rapports soient plus courts » : écrire des paragraphes courts et précis, reporter les raisonnements complexes ou les statistiques dans les annexes et proscrire le jargon administratif.

Continuer la lecture de « Concision »

Dans le secret des équipes qui gagnent

Qu’est-ce qui fait gagner ? A l’approche des Jeux Olympiques et du Championnat d’Europe de football, mais surtout dans le quotidien de nos entreprises qui luttent quotidiennement pour trouver de nouveaux clients et les servir du mieux possible, on peut établir des parallèles entre sport et business. Ils se nomment cohésion & leadership.

Continuer la lecture de « Dans le secret des équipes qui gagnent »

Fortitude : 6 juin 44, comment la Communication a battu les Nazis

Nom de code : Fortitude.
Objet : opération de désinformation et de diversion menée par les alliés.
But : 1/ Faire croire à l’armée allemande que le débarquement aurait lieu ailleurs qu’en Normandie. 2/ Leur faire également croire, dans un deuxième temps, que ce n’est qu’un débarquement de diversion afin de retarder l’arrivée des renforts.
Bilan : jusqu’en septembre 44, les Allemands croiront que le « vrai » débarquement n’a toujours pas eu lieu.

Continuer la lecture de « Fortitude : 6 juin 44, comment la Communication a battu les Nazis »

Etre ou ne pas être un homme relationnel

L’homme n’existe qu’au travers des relations qu’il entretient avec son milieu, lui-même également composé d’éléments en interactions constantes. Ce constat, appliqué à l’entreprise nous impose de repenser notre mode de management. En nous appuyant sur la puissance du dialogue, nous favorisons l’intelligence collective et initions des changements durables.

Continuer la lecture de « Etre ou ne pas être un homme relationnel »

Que la force du collectif soit avec Nous

En entreprise aussi – et peut-être même encore plus – l’union fait la force. A condition que les femmes et les hommes soient en mesure de collaborer harmonieusement et de manière coordonnée. A condition surtout qu’il y ait une volonté au plus haut niveau de fonctionner efficacement en tenant compte des personnes qui y contribuent.
Echanges avec une experte en Performance et dynamique collective, Anne Treister …

Continuer la lecture de « Que la force du collectif soit avec Nous »

La fresque du Management Responsable

La dimension sociale, c’est-à-dire humaine, est l’un des trois piliers de la RSE. Parmi ses multiples enjeux, les entreprises s’engagent dans la voie d’un management plus responsable et respectueux des personnes et de l’environnement.
La fresque du Management Responsable est une solution simple et efficace pour effectuer cette transition en douceur
.

Continuer la lecture de « La fresque du Management Responsable »

IA … pas de doute (2)

Mon précédent article s’intéressait à l’intérêt de l’IA générative pour les professionnels. Je le complète ici en m’intéressant à l’optimisation de son intégration afin d’assurer une transition douce et maîtrisée qui corresponde à nos besoins.

Continuer la lecture de « IA … pas de doute (2) »

IA … pas de doute

Particuliers ou entreprises, nous l’avons adopté, par conviction profonde (the next big thing), par peur d’être dépassé par nos concurrents ou d’être pris au dépourvu par l’innovation.
Après le temps de la frénésie reste l’essentiel : comment utiliser l’IA générative à des fins professionnelles ?

Continuer la lecture de « IA … pas de doute »

Semaine de 4 jours : l’essayer c’est l’adopter

Alors que la semaine des 4 jeudis décrit une impossibilité, quelque chose qui n’arrivera jamais, la semaine de 4 jours apparait de plus en plus comme une solution pour fidéliser les cadres. Les expérimentations se multiplient … depuis les années 30 …

Continuer la lecture de « Semaine de 4 jours : l’essayer c’est l’adopter »