Au secours, les Pessi reviennent mettre le bazar sur LinkedIn

On les croyait disparus mais les revoilà … sur LinkedIn ! Après s’être déployés sur X il y a quelques années, les Pessi débarquent sur le réseau le plus sérieux du monde, à coup de blagues potaches et de raids numériques. Mais qui est cette communauté d’internautes adeptes du troll ?

Pessi = Penalty + Messi
C’est à l’origine une communauté de footeux adorant se moquer de Lionel Messi, dont ils ont adopté la tête chauve comme profil numérique. Pourquoi ? Feur ! est leur blague préférée.

Comment sont-ils nés ?
Les Pessi se forment pour trôler Messi. Groupe tout d’abord informel, ce sont de vrais adolescents ou de jeunes adultes, plutôt des garçons, qui jouent à détourner des images du footballeur pour y figurer Messi chauve dans des situations improbables.

Une véritable équipe
De pénalty manqué en pénalty raté, leur but est de gagner en visibilité. Ils s’organisent en équipes, baptisés FC – pour football club – et lancent des raids en ligne, avec un sens du collectif et un jeu offensif que ne renierait Pep Guardiola.

Leur mission : sauver le monde
Pas de harcèlement, d’insultes ni de menace ! Les Pessi sont l’espoir et l’avenir de la planète, qu’ils tentent de sauver par l’absurde. Leurs cibles favorites – après eux-mêmes – sont  l’ambassade de Chine ou encore Jean Messiah le pitre d’extrême droite abonné aux plateaux de CNEWS.

LinkedIn et le premier degré
Si les Pessi ont décidé d’investir le réseau social le plus professionnel du monde, ce n’est pas pour faire de la figuration. Une véritable armada a déferlé avec plus de 2 000 comptes actifs, sous le nom de « Pessi Miste » ou « Pessi Dérurgiste ».

Plaisantins, justiciers et fantaisistes
Les Pessi ciblent le compte d’une personnalité et l’inondent de messages, mais toujours respectueux, selon une charte en ligne : « Un Pessi qui menace ou insulte une personne est finito » et « Les Pessi doivent respecter la loi française ».

La députée Sandrine Le Feur
Pas de chance, son patronyme a fait tilt avec le signe de ralliement des Pessi. Découvrant son existence, ils lui « vouent une sorte d’admiration, en espérant qu’elle ne le prenne pas mal ».
L’élue a désactivé les commentaires sous ses publications, appelant LinkedIn à défendre la « liberté d’expression sur ce réseau et la bienveillance des échanges ».

« Les Pessi sont pacifiques et ne feront pas de mal ».

Le coworking rend-il heureux ?

Le coworking offre une solution à ceux qui ne veulent pas travailler à la maison et/ou que l’entreprise envoie bosser ailleurs pour réduire ses coûts opérationnels. Le phénomène s’est développé, dopé par la crise du Covid. Et en plus, il rendrait les gens plus heureux et plus productifs !

Continuer la lecture de « Le coworking rend-il heureux ? »

L’incroyable seconde vie des baskets (2/ Les fabricants)

L’économie circulaire a profondément modifié le rapport fabricant / produit / consommateurs. Après avoir évoqué cette tendance sur le marché des baskets côté consommateurs dans mon précédent article, je m’intéresse cette semaine aux enjeux et aux perspectives côté fabricant.

Continuer la lecture de « L’incroyable seconde vie des baskets (2/ Les fabricants) »

L’incroyable seconde vie des basket (1/ les consommateurs)

Ecologie, développement durable, sobriété énergétique … un nouveau mode de vie et de consommation émerge et s’installe de façon pérenne dans notre quotidien. Parmi ces nouvelles tendances, l’économie circulaire s’impose comme un modèle incontournable qui redessine nos habitudes de consommation. Un exemple ? Nos baskets !

Continuer la lecture de « L’incroyable seconde vie des basket (1/ les consommateurs) »

Bienvenue dans le monde de demain avec les DAO

Ces organisations décentralisées autonomes (DAO) offrent une alternative aux organisations traditionnelles, centralisées et hiérarchiques, qui deviennent dépassées. Notre monde est de plus en plus complexe et les organisations humaines doivent accompagner cette mutation. Objectif : plus d’agilité et de souplesse …

Continuer la lecture de « Bienvenue dans le monde de demain avec les DAO »

Bonus … La cité internationale de la langue française

Un ami, lecteur assidu et Axonais (merci Patrick) me faisait justement remarquer, à la suite de mon dernier article, que venait d’être inaugurée à Villers-Cotterêts la Cité Internationale de la Langue Française. Ce nouveau fleuron des monuments nationaux est encore peu connu. Nous nous y sommes transportés …

Continuer la lecture de « Bonus … La cité internationale de la langue française »

Et pour finir en beauté … Mundolingua, le musée des langues

La langue aussi a ses musées ! Mais ils sont rares, le thème se prêtant peu à la muséographie. Ce sont des musées d’idée et de problématiques plus que des musées d’objet. A Paris, Mundolingua, le musée des langues, du langage et de la linguistique, est installé depuis 2013 à proximité du Jardin du Luxembourg et de l’église Saint-Sulpice. Mais il en existe partout dans le monde …

Continuer la lecture de « Et pour finir en beauté … Mundolingua, le musée des langues »

Ça sert à quoi un linguiste, concrètement ?

On m’a souvent posé la question, durant la série des 10 articles que j’ai consacrée à Le français va très bien, merci, des linguistes atterrés, à quoi servait, concrètement, un linguiste. Comme il est rare que les médias leur donnent la parole, commençons par dire que c’est un métier …

Continuer la lecture de « Ça sert à quoi un linguiste, concrètement ? »

Le français n’est pas en péril face à l’extension du féminin

Le français ne connait pas de genre neutre. Il ne connait que le masculin et le féminin, mais certains noms sont invariables et désignent des individus des deux sexes (une personne). Mais le plus souvent, les noms vont par paire (une fille, un garçon). Comme nous allons le voir dans ce dernier article inspiré par la lecture de Le français va très bien, merci *, le français n’est pas en péril face à l’extension du féminin.

Continuer la lecture de « Le français n’est pas en péril face à l’extension du féminin »

Le français n’est pas massacré par les jeunes, les provinciaux, les pauvres ou les belges

Pénultième article consacré à notre belle langue et inspiré par Le français va très bien, merci *. De tout temps, on a pensé que le français était en crise. Inutile de dire que ces craintes ne reposent sur aucune observation scientifique et n’ont aucun fondement. Ces paniques séculaires, toujours les mêmes, sont finalement plutôt rassurantes.

Continuer la lecture de « Le français n’est pas massacré par les jeunes, les provinciaux, les pauvres ou les belges »