Les magasix ont leur potion magique, par toutatis

Les entreprises de e-commerce permettent aux consommateurs de gagner du temps, en trouvant facilement ce qu’ils veulent, quand ils le veulent sans avoir à se déplacer. Si la tendance actuelle se confirme, le commerce électronix représenterait près de 20% des ventes en 2025 et environ la moitié en 2035.

Pour faire face à cette situation, les commerçants peuvent ouvrir un site internet, mais cela ne suffira pas à sauver les enseignes qui ont des magasins physiques. Elles doivent donner envie aux consommateurs de se rendre dans leurs magasins, en leur offrant ce que les sites d’e-commerce ne peuvent pas leur fournir. Quelques exemples marquants.

Développer votre univers
Eataly, un commerçant milanais, exploite un réseau de plusieurs dizaines de magasins dans divers pays, où il réussit à rassembler tous les aspects de la cuisine italienne dans des espaces agréables et séduisants : café, restaurant, école de cuisine et surtout des rayons d’épicerie fine, d’ustensiles de cuisine, de petits appareils ménagers. Les consommateurs y passent souvent des heures et, pour garder un souvenir de leur visite, prennent des photos qu’ils postent sur les réseaux sociaux … la meilleure publicité qui soit pour Eataly.

Facturer l’entrée ou les services
C’est la politique de ceux ont compris que les consommateurs apprécient vraiment le temps passé dans leurs magasins – le montant est déduit de l’achat effectué – mais en général ils préfèrent faire payer les expériences particulières qu’ils proposent.
Wingtip, un magasin pour hommes de San Francisco, a ouvert dans ses étages supérieurs, le « Wingtip Club, réservé aux clients qui se sont acquittés des frais d’adhésion. Le club est un véritable refuge avec un salon, un bar, une salle de jeu, un espace de dégustation de whisky et un terrain de golf virtuel. Les membres y ont un accès illimité et bénéficient d’une réduction de 10% sur leurs achats.

Allier réel et virtuel en développant le web-to-store
Cette stratégie utilise leur complémentarité. Optic 2000 a fait de la proximité sa priorité. Grâce à une technologie permettant de géolocaliser les utilisateurs, la coopérative de magasins ambitionne de faire entrer les clients en magasin en les récompensant par des points fidélité, convertibles en cadeau, ainsi que par des offres promotionnelles ciblées.
Sur la home page de leur site web, le « store locator » permet de géolocaliser la boutique la plus proche. En plus d’une rapide présentation du magasin, il est possible de visualiser l’itinéraire pour s’y rendre aux horaires d’ouverture indiqués.

Réinventer le magasin « physique » : zéro stock, tout pour l’accueil
La marque Sézane a ouvert un magasin, qui ressemble d’avantage à une galerie ou un appartement. Les achats, réalisés sur tablette, sont livrés chez les clients, qui peuvent prendre leur temps pour essayer les vêtements dans un lieu agréable, recueillir les conseils des vendeuses, lire ou regarder un film. Elle offre une expérience-client différente, originale et personnalisée, avec un modèle économique rentable.

Quatre exemples qui illustrent la formidable capacité de mutation des boutix pour doper la satisfaction et la fidélisation de leurs clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *