Travailler ensemble plutôt que télétravailler seul

“La distance disparaîtra” prédisait l’économiste britannique Frances Caimcross avec l’avènement d’internet dans les années 90. Quand tous les endroits du monde seront connectés, l’espace deviendra sans objet et nous n’aurons plus besoin de bureaux. A nous le télétravail, la liberté et la possibilité de nous organiser comme on le souhaite.

Oui … mais … les bureaux n’ont pas disparu des entreprises. Au contraire, avec des espaces de travail plus adaptés à la créativité et plus interactifs on entre dans l’ère des “nouvelles proximités” (Carlo Ratti et Matthew Claudel).

Le lieu partagé reste une valeur

Malgré la généralisation des communications mondiales instantanées, beaucoup de sociétés ont investi pour développer ou rénover de nouvelles zones de travail, au coeur des villes. Car ce que n’avaient pas prévu les premiers exégètes du digital il y a 40 ans, c’est le désir de travailler ensemble. Nous avons besoin de lieux  qui nous permettent de partager les connaissances, produire et échanger des idées, rassembler les talents et se réunir pour travailler à des projets communs.

La mise en commun des personnalités et des compétences, l’interaction et parfois même la friction des esprits sont des dimensions vitales du travail, surtout dans les industries créatives. C’est pourquoi la qualité du lieu de travail physique interagit directement sur les méthodes de travail et les résultats.

Un espace optimisé au service de la créativité

Les fournisseurs d’espace de travail collaboratif placent les interactions humaines au centre de leurs recherches, qui influencent la conception des bureaux. Comprendre comment les collaborateurs s’unissent dans un environnement flexible permet de rendre plus opérationnels ces bureaux de nouvelle génération.

De nouveaux outils mesurent les rapports humains et leur comportement dans l’espace pour étudier le format de l’environnement de travail qui contribue à la productivité et à la créativité de l’entreprise.

Avec ces données sur l’occupation de l’espace des bureaux, nous pourrons concevoir des environnements qui s’adaptent aux humains et non l’inverse, des systèmes dynamiques qui vivent en interaction permanent avec l’ensemble des collaborateurs..

Deux exemples : Hopscotch et caféworking

L’agence Hopscotch a emménagé dans ses nouveaux locaux en 2015, un immeuble entièrement repensé, situé en plein de coeur de Paris. « Notre siège intègre ce qui se fait de mieux en terme de technologies pour promouvoir la mobilité, le co-working, afin d’accompagner l’évolution de nos métiers”  déclare Frédéric Bedin, Président du Directoire. Pas de bureau attitré mais chacun a son casier et s’installe à l’un des 550 postes disponibles. De nombreuses salles de réunion (toutes différentes) et des espaces conviviaux (jusqu’à une salle de concert) complètent ce dispositif qui exclut le télétravail.

Le Caféworking est une nouvelle offre proposé aux travailleurs qui cherchent un lieu de travail ponctuel : situé dans un café l’idée est de profiter de l’espace pendant les heures creuses et de le partager avec d’autres coworkers. Ambiance atypique, studieuse mais conviviale avec wifi et café pour recréer sa petite communauté de travail.

Quelques adresses : café Craft, café Pinson, Café Lomi ou encore la Gaité Lyrique.

La transformation de l’environnement de travail ne fait que commencer et pourrait avoir un impact majeur sur les architectes, promoteurs et entreprises. Nous pourrions bientôt travailler de façon plus sociale et productive. La mort de la distance annoncée se transformera peut-être en “naissance d’une nouvelle proximité”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *