Travailleurs, partez en vacances

Vous pensez que vous êtes trop occupés, voire carrément indispensables, pour prendre des vacances ? Vous angoissez à l’idée de quitter votre bureau de plus de 100 kilomètres ? Vous vous demandez encore “comment vont-ils faire sans moi” ? OK

Sachez que n’êtes pas le premier à vous demander si vous devez emporter une paire de baskets plutôt que votre ordinateur. Et à craindre que si vous n’êtes pas au bureau, la boîte va déposer son bilan.

Vous êtes en fait victime d’un syndrome : le besoin irrépressible d’être utiles et désirés. Vous vous sentez menacés à l’idée que la vie puisse continuer sans vous. Il y a un rempart psychologique contre ce syndrome : on a toujours peur que notre talent ne soit pas suffisamment reconnu par nos clients et collègues, ou encore pire, nous nous-mêmes.

Une étude montre que plus de la moitié des cadres vérifient leurs messagerie professionnelle au moins une fois par jour le weekend ou quand ils sont malades. 40% répondent lorsqu’ils sont en vacances. 76% des gens pensent que leur propre contribution à leur équipe est plus importante que les autres et 24% aussi importante. Personne n’a répondu qu’elle était moins importante. 72% se déclarent mal à l’aise sans avoir de contact avec leur entreprise et 20% un peu. Seulement 8% s’en accommodent parfaitement. Les effets de ces comportements sont aussi nuisibles pour nous que pour nos collaborateurs. Si nous exagérons notre importance, nous diminuons la valeur des autres, ce qui ne les aide pas à se développer. Mauvais leadership.

Nous avons réussi parce que nous avons des capacités, il n’y a aucune raison de craindre qu’elles aient disparu après 2 ou 3 semaines de vacances. Si nous nous réconcilions avec l’idée que nous ne sommes pas aussi importants que nous le pensons, que notre sur-implication n’est pas bénéfique à nos collègues, nous pourrons tous prendre des vacances et revenir encore meilleurs.

Ce blog, bien qu’il vous soit tout à fait indispensable, reprendra le jeudi 1er septembre. D’ici là bonnes vacances. Pour vous aider à partir, voici :

7 petits conseils pour déconnecter

1/ Prévenez tout le monde – clients, collègues, associés, prestataires pour que votre absence ne les surprennent pas. Et briefez un “suppléant” à qui vous confierez vos dossiers en cours.

2/ Programmez un message d’absence, précisant la date de votre retour et les coordonnées de votre “suppléant”. Et indiquez que vous n’avez qu’un accès limité à vos mails.

3/ Mesurer le degré d’urgence, à partir duquel il sera légitime de vous appeler. Le reste peut attendre ou être traité par votre “suppléant”.

4/ Débranchez, votre smartphone pro, les notifications de votre boîte mail professionnelle, voire supprimez temporairement votre compte.

5/ Répondez – en cas de force majeure – succinctement en précisant bien que vous êtes en vacances et redirigez l’échange vers votre suppléant.

6/ Restez passifs, pas plus d’une demi-heure ou une heure pendant toute les vacances pour vous tenir au courant de ce qui se passe en lisant quelques mails.

7/ Anticipez votre retour en programmant une réunion de débrief avec vos collaborateurs qui vous résumeront ce qui s’est passé en votre absence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *