L’effectuation et ses effets à réation

L’approche « effectuale » suscite beaucoup d’enthousiasme car elle nous débarrasse des freins qui font obstacle à l’innovation. Elle libère les initiatives grâce à la co-création et l’open innovation. Alors jetez les business plan chronophages et largement inutiles : passez à l’action, observez les résultats, corrigez efficacement les trajectoires et ajustez les objectifs.

Tordons tout d’abord le cou à quelques mythes : l’entrepreneur n’aime pas particulièrement le risque, il cherche plutôt à le contrôler et à réduire l’incertitude. C’est rarement un génie mais il passe à l’action pour confronter ses idées à la réalité et les faire évoluer. Il ne prédit pas l’avenir mais cherche plutôt à participer activement à sa construction. Ce n’est pas un super héros mais un homme normal comme vous et moi, disons plutôt vous. Et enfin ce n’est pas un solitaire, il est entouré d’une équipe et a développé ses réseaux.

Continuer la lecture de « L’effectuation et ses effets à réation »

L’entreprise libérée n’est pas une utopie

 

La hiérarchie bureaucratique manque de créativité et d’agilité, elle ne développe pas « l’intraprenariat » et peine à attirer les salariés – surtout jeunes – qui ne veulent plus être de simples exécutants. Les salariés français sont les moins engagés d’Europe (9%)*. La France arrive en 51ème position ** (sur 140 pays) en ce qui concerne « la volonté de déléguer l’autorité dans l’entreprise » et à la 116ème place quant à « la coopération dans les relations salariés – employeurs ».

Au contraire l’entreprise libérée est une définition philosophique qui n’évoque pas les caractéristiques structurelles mais une finalité : offrir aux salariés la liberté d’action et la responsabilité qui va avec. Il n’y a pas de modèle ni de méthode pour la construire mais le rôle du « leader libérateur » est de co-construire avec les salariés un modèle unique de fonctionnement.

Continuer la lecture de « L’entreprise libérée n’est pas une utopie »

Nicolas Fouquet, roi de la gestion des talents

Pour construire Vaux le Vicomte, le Ministre des Finances de Louis XIV a réuni une équipe d’artistes dont le génie a traversé les siècles. Mais il a su, en plus, déployer des qualités de manager hors pair pour en tirer la quintessence. La Fontaine, Molière, Lully, Vattel, Le Nôtre, Le Vau, Le Brun lui donneront ainsi le meilleur d’eux-mêmes.

Fouquet pose les bases de son management et réussit son chef d’oeuvre.

Le 17 août 1731 est le jour de gloire de Fouquet : il inaugure son domaine et souhaite offrir à Louis XIV le spectacle de sa magnificence : un monument qui préfigure Versailles et innove dans les domaines de l’architecture, la construction, les jardins, la gastronomie, la musique et le service “ à la française”.

Continuer la lecture de « Nicolas Fouquet, roi de la gestion des talents »

Responsable du bonheur … Si, ça existe aussi en entreprise !!!

La communication, c’est aussi de la communication interne car vos collaborateurs sont votre principale force. Et en matière de management un salarié heureux coûte beaucoup moins cher à son patron : il est deux fois moins malade, six fois moins absent et 55% plus créatif qu’un salarié malheureux. Pour avoir des salariés heureux, donc performants, l’entreprise s’adapte et invente les CHO “chief happiness officers”. Et comme souvent l’innovation vient des Etats-unis et gagne la France.

Affiche 4×3 dans le métro : le concours « Best Worplaces 2016 » récompense les meilleures entreprises où il fait bon travailler en France.

Continuer la lecture de « Responsable du bonheur … Si, ça existe aussi en entreprise !!! »