Comment la crise booste l‘innovation

Si ses effets sont bien réels, la pandémie a fortement accéléré le développement technologique et l’essor du virtuel. Les entreprises ont dû revoir leur modèle et tenter de se réinventer. Rien de tel qu’une bonne dose d’innovation pour se remobiliser. La tendance est donc à la réalité virtuelle, aux objets connectés et à l’hyper personnalisation des services client.

La réalité virtuelle
Le monde physique ne nous étant plus accessible de la même façon, les entreprises envisagent de nouvelles façons d’immerger l’humain dans leur monde. Comme dans un jeu vidéo, les acheteurs peuvent par exemple se déplacer dans un appartement, avant même qu’il soit construit et en examiner les moindres recoins. Les musées sont également accessibles depuis chez soi.
L’enseignement est proposé à distance, grâce à des plateformes d’apprentissage qui combinent les avantages des mondes physiques et virtuels.
La généralisation de la 5G rend possible l’explosion des utilisateurs et des contenus. On pourra même simuler la sensation du toucher afin d’ancrer les expériences virtuelles dans le monde réel. Des nanorobots stimuleront nos perceptions cognitives, la réalité virtuelle pourra ainsi modifier en profondeur nos habitudes, nos façons de vivre, d’apprendre et de travailler.

Les objets connectés
Ils ont fait preuve de leur utilité pendant la crise de la Covid lorsque des capteurs détectaient les signes faibles précurseurs de maladie. Leur valeur ajoutée est encore plus forte à la maison pour un suivi pérenne et sur le long terme des patients dans un contexte de désengorgement des hôpitaux.
Dans les magasins, on pourra faire ses courses plus rapidement. Des caméras au plafond et des capteurs de poids sur les étagères permettent d’éviter le passage aux caisses.
Bon point : le coût des capteurs a chuté de moitié ces 15 dernières années. Mauvais point : nous générons une quantité considérable de données et il faut prévenir d’éventuels abus comme l’espionnage ou le piratage.

L’hyper personnalisation
On passe du marketing de masse au « one to one ». Les nouvelles technologies permettent de personnaliser l’offre. Télémédecine, courses à distance, livraison par drone, véhicules autonomes, assistant personnel, révolution du service client … Les nouvelles technologies permettent à l’humain de se concentrer sur les tâches à plus forte valeur ajoutée.

La nécessité de se réinventer
Les processus existants, souvent lourds et hérités du passé, sont remis en question au profit de nouveaux modes d’organisation. Pratiquement, l’entreprise doit :
entreprendre : être réactive, créative et audacieuse. En cas de nouvelle crise, leurs dirigeants seront prêts à rebondir vite.
désapprendre : se libérer du passé pour mieux gérer les contraintes du présent et aborder en toute confiance les possibilités offertes par l’avenir.
ré-apprendre : nous avons su faire preuve de résilience pour assurer notre survie. L’innovation devra favoriser de nouvelles façons de concevoir l’équilibre du monde à long terme.

La crise offre une opportunité de repenser les bases du fonctionnement économique de notre société pour permettre la création d’un nouveau système plus respectueux de la planète et des humains qui l’habitent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.