On n’est jamais tro(b) BD

Comment se faire bien voir dans un climat d’infobésité, au milieu d’un océan de publications. Si une image vaut mieux que 1 000 mots (souvent, pas toujours !), la bande dessinée est le plus sûr moyen de faciliter la compréhension de votre message et l’assimilation de votre discours.

La BD attire l’attention
Le doomscrolling (consommation compulsive d’informations sur le web) explose. La communication doit donc être plus percutante, impactante, concentrée … La BD nous renvoie à nos souvenirs de gamin(e), un univers heureux peuplé de héros positifs (Tintin, Astérix, Lucky Luke, Michel Vaillant …).
La BD allie texte et image : elle est agréable à lire car elle utilise un registre de langage courant. Elle est facile d’accès, simple à comprendre et aisément mémorisable.

La BD permet de communiquer sur des sujets sensibles
Parler du handicap, de la mort, de la guerre, ou pour une entreprise d’un changement de normes ou de sécurité, devient plus léger à travers la bande dessinée.
Imaginez en communication interne, la publication d’un nouveau règlement à côté de la machine à café. Les messages seront beaucoup mieux enregistrés s’ils sont exprimés avec des dessins, des couleurs, des bulles de dialogue …

La BD renforce l’adhésion
La BD suscite immédiatement la sympathie et la convivialité, auxquelles votre communication et vos messages seront associés. Elle crée un univers récurrent qui s’inscrit dans votre territoire de communication. Elle l’exprime à travers un monde imaginaire peuplé de personnages qui s’identifient à votre discours et font vivre votre storytelling.
La BD rend également plus accessible certains messages ou notions complexes en simplifiant le propos et en le rendant plus facile à comprendre.

L’impact de la BD est durable
Il n’y a pas que le développement ! Durable, votre message cherche également à le devenir. Une étude du CSA a évalué à 92% le taux de mémorisation des bandes dessinées que Michelin avait utilisées lors du salon de l’auto.
L’utilisation conjointe du texte et de l’image interpelle plus de zones du cerveau qu’un texte classique, d’autant plus que 75% de la population a une mémoire plutôt visuelle.

La communication de la BD est virale
Elle est facilement déclinable en différents formats, du cartoon (1 seule vignette) au strip (3 vignettes), à la planche (1 page) jusqu’à l’album.
La BD est également excessivement digitale : le cartoon et le strip s’adaptent particulièrement bien aux réseaux sociaux et se lisent facilement sur les mobiles. On peut également avoir des formats web en scrolling ou des formats en slider, case par case (particulièrement adaptés à Instagram ou LinkedIn).

Si vous trouvez vous aussi que ce blog est naturellement associé à l’image de Tintin, c’est bien que la BD est une alternative et une réelle opportunité de communication pour vous démarquer et nourrir votre territoire de marque. La BD parle à tout le monde et crée de l’engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.