Le français parlé n’est pas déficient

Déjà le huitième chapitre de notre série consacrée au français, inspiré de l’ouvrage Le français va très bien, merci *. Voici un autre cliché concernant notre langue : le français parlé, avec son vocabulaire réduit, ses phrases courtes et parfois sans verbe, serait une version appauvrie de l’écrit !

Continuer la lecture de « Le français parlé n’est pas déficient »

L’écriture numérique n’aime pas le français

Septième épisode de notre saga Le français va très bien, merci *. Une idée reçue galope : l’écriture numérique n’aimerait pas le français. Aujourd’hui tout le monde communique par écrit, y compris des personnes qui, autrefois, auraient pratiquement cessé d’écrire après avoir quitté l’école. Le français se construit en même temps que les usagers.

Continuer la lecture de « L’écriture numérique n’aime pas le français »

Le français n’a pas une orthographe parfaite (2ème partie)

La langue s’est démocratisée, alors que l’orthographe n’a pas évoluée. Résultat : nous ne sommes pas tous égaux face à elle. Voici quelques pistes pour stopper sa régression, dans la suite (et fin) de ce cinquième chapitre : l’orthographe n’est pas la langue, d’après Le français va très bien, merci *, des Linguistes atterrés.

Continuer la lecture de « Le français n’a pas une orthographe parfaite (2ème partie) »

Le français n’a pas une orthographe parfaite (1ère partie)

Plus je lis Le français va très bien, merci, des linguistes atterrés *, plus ma perception de notre langue s’en trouve modifiée. Ce livre ouvre les esprits et élargit les perspectives … comme ce cinquième chapitre : l’orthographe n’est pas la langue !

Continuer la lecture de « Le français n’a pas une orthographe parfaite (1ère partie) »

Le français n’est pas réglementé par l’Académie française

Quatrième chapitre inspiré par la lecture de Le Français va très bien, merci*. Depuis 1635, l’Académie française, créée par Richelieu, fixe les règles de la langue française et sanctionne les mauvais usages. Il est donc tentant de lui prêter le rôle d’arbitre. Qu’elle n’a pas …

Continuer la lecture de « Le français n’est pas réglementé par l’Académie française »

Le français n’est pas « envahi » par l’anglais

Troisième épisode inspiré par la lecture de Le Français va très bien, merci*. Les puristes se plaignent d’être envahis et menacés par les anglicismes, qui viendraient « jusque dans nos bras, égorger nos paroles et nos écrits ». Ce n’est pas un combat mais un échange, les deux langues s’enrichissant mutuellement.

Continuer la lecture de « Le français n’est pas « envahi » par l’anglais »

Le français n’appartient pas à la France

Je poursuis ma lecture de Le français va bien, merci, des linguistes atterrés*. La langue est un sujet qui nous relie ou nous divise, mais c’est un bien commun dont il faut prendre soin. Après « le français n’est plus la langue de Molière », voici mon second article : « le français n’appartient pas à la France ». Mais à 300 millions d’humains …

Continuer la lecture de « Le français n’appartient pas à la France »

Le français n’est plus la langue de Molière 

Je viens de lire Le français va très bien, merci des linguistes atterrées*. Je suis évidemment très sensible à la langue française. Je me bats avec elle, et parfois contre elle, pour tenter d’en extraire le meilleur. Je suis à la fois émerveillé par sa richesse et ses beautés et attentif à son avenir. Ce petit précis de 64 pages renverse 9 idées reçues. J’en ai tiré, comme un éleveur au pis de la vache, 9 articles. Voici le premier .

Continuer la lecture de « Le français n’est plus la langue de Molière  »

Les job hoppers zappent dans le monde du travail

Avant un salarié faisait toute sa carrière dans la même entreprise, puis vint le temps où il changea deux ou trois fois de boîte. Plus récemment, apparurent les slasher qui cumulent des boulots complètement différents (voire mon blog du 8 septembre 2016) et maintenant voici l’avénement des job hoppers. Quésaco ?

Continuer la lecture de « Les job hoppers zappent dans le monde du travail »

Ce n’est pas la Journée de la femme … Raison de plus pour en parler !

Tout juste entre la dernière et la prochaine Journée de la femme (le 8 mars), je m’interroge sur nos différences et ce que nous pouvons apprendre du sexe prétendument faible, aussi bien en amour, en amitié que dans le contexte professionnel, qui nous intéresse ici.

Continuer la lecture de « Ce n’est pas la Journée de la femme … Raison de plus pour en parler ! »